Livre "L'Amour: Fléau béni"

Discussion dans 'Autres Histoires et Légendes' créé par Gotenks261/Ragnawak, 22 Déc 2016.

  1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.
  2. Attention! Lors de votre inscription sur le forum, les comptes "@hotmail" sont mal comptés par le forum. Merci de demander à Caineghis aka Sakuya d'activer votre compte si vous avez ce type de mail.
  3. Les crafts customs viennent de débarquer sur Ambervale ! Toute l'équipe va se donner à fond pour augmenter l'immersion et l'aspect RolePlay en jeu !
  1. Gotenks261/Ragnawak

    Gotenks261/Ragnawak Modérateur Forum

    Membre du personnel Modérateur Forum Guide RôlePlay Ancien Inscrit
    Inscrit:
    21 Juil 2016
    Messages:
    122
    J'aime reçus:
    17
    Comment avez-vous connu le serveur?:
    Ben j'ai participé à sa fondation!

    L'AMOUR: FLÉAU BÉNI

    Salutations, lecteur. Ce traité ici présent représente l'effort de mes travaux dans l'étude du comportement valien, rédigé après de longues journées de recherches.


    Nous savons tous ce que c'est que ce phénomène naturel qui remplit les cœurs, et qui est soi disant porteur de bonheur et d'affection: l'amour. L'amour, force de la création, qui permet, dit on, de soulever des montagnes. L'amour qui est un véritable moteur pour chaque être vivant, mais aussi un véritable fléau.

    Car je le dis, et je l'affirme, l'amour est souvent porteur de bien plus de malheur que de bienfait. C'est un fait, et l'Histoire donne raison à mes propos. On considère souvent à tort que ce sentiment est une bénédiction, que trouver l'amour représente les plus belles années de l'existence. Mais les actes découlant de cette "trouvaille" ne sont pas raisonnés, et complètement irrationnels. "L'amour rend aveugle", ce dicton est on-ne-peut-plus-vrai.

    Pour démontrer ce raisonnement, présentons quelques situations. Tout d'abord, les contes, légendes, mythes chevaleresques et histoires qu'on raconte aux enfants dans les royaumes de l'Est, par delà Ambervale. Là bas, les hommes et les femmes sont souvent mis en scène comme étant des braves, des guerriers, affrontant le Mal, incarné par un antagoniste, afin de délivrer "l'élu(e)" de leur cœur. Cet enseignement, inculqué dès le plus jeune âge, idéalise le phénomène, en considérant les "amoureux" comme deux êtres faisant face à tous les dangers, juste pour avoir la satisfaction de se retrouver.

    Mais ceci est-il un exemple? Imaginons un seul instant que les monstres des mythes existent réellement. Allez vous, vous, pauvre Valien sur vos petites deux pattes, partir à l'aventure dans l'inconnu, traverser des marées abritant les pires abominations qui se trouvent sur cette terre, risquer votre vie et celle d'un potentiel compagnon, combattre la faim, la soif, la maladie, les mages et sorciers, tout ça pour simplement retrouver l'âme sœur, et recevoir un petit bisou sur la joue et accomplir l'acte charnel?

    Pour ma part, je peux très bien m'en passer. Jeter sa vie aux orties sans réfléchir est caractéristique des héros de romans, et ce doux mensonge introduit dans l'esprit de toute une génération d'enfants constituent non seulement un manque de logique pur et simple, en leur apprenant que l'on peut mourir pour n'importe quelle cause, surtout celle du cœur, mais qui plus est une aberration! L'amour est une invention purement valienne! Pour preuve, jusqu'à maintenant, aucun animal n'a raisonné ainsi.

    Ne confondons "Amour" et "Pulsions naturelles", ce qui est sentimental chez l'un est un besoin physique chez l'autre. Seul les Valiens présentent ces deux facteurs dans notre monde, étant souvent liés entre eux. On n'a jamais vu un chien déclarer sa flamme à une chienne! Mais voir les deux copuler sur un marché n'étonne personne.
    Seuls les Valiens éprouvent de l'amour, et font perdurer ce doux mythes en éduquant leur progéniture dans ce mode de pensée, celle ci reproduisant le cycle éternellement, qui est bourré d'erreurs. Combien de guerres, de conflits ont démarré simplement parce qu'un Roi ou une Reine voisine a osé faire la cour à la mauvaise dame ou au mauvais gentilhomme? Combien d'hommes et de femmes sont morts pour ces "causes du cœur" qui n'ont seulement ne les concernaient pas, mais qui en plus les ont bercé de l'illusion de faire ce qui est juste?

    Pourtant, un monde sans Amour est faisable.
    Pour preuve, il y eu des expérimentations afin de voir à quoi ressemblerait un monde sans le sentiment "amoureux".
    Afin d'en avoir un aperçu, regardons l'Archipel du Sud. Cet ensemble d'îles a été le théâtre d'expériences royales, menées par le tristement célèbre Goldric Philius, philosophe à la cour du Duc de Monas. Rappelons le pour les ignorants, le Duché de Monac s'étend sur une grande partie de la mer Sud des Royaumes de l'Est, le Duc en étant à la tête.
    "Schwis" Philius mis en place une expédition militaire, en l'an -136, afin de coloniser les îles avoisinantes. Le gros du corps expéditionnaire s'installa d'ailleurs sur l'une des plus grandes îles, qui deviendra par la suite l'île d'Héeraus, connu pour ses exploitations agricoles.

    Sur cette île, on choisit d'envoyer un groupe d'enfants, les "futurs citoyens", pris en charge par plusieurs nourrices, afin d'observer les effets sur leurs comportements. Pour anéantir toute affection naissante, on fit tourner les nourrices, et éduqua chaque rejeton dans la logique du "chacun pour soi".
    Aussi étrange que ça peut le paraître, le résultat fut loin d'être catastrophique. Les enfants développèrent un esprit froid, calculateur, une haine viscérale les uns envers entre les autres, mais aussi un obéissance et un respect quasi-militaire envers l'autorité du Duché. Une petite société extrêmement ordonnée se créa, et malgré les persécutions et les mauvais traitements envers les plus faibles, Hééraus devint le centre administratif de tous les commerces maritimes en raison de son organisation impeccable. Si impeccable, qu'au bout de quelques années, l'île se rendit compte qu'elle pouvait parfaitement fonctionner sans le Duché, et proclama son indépendance.
    Aujourd'hui encore, on retrouve quelques traces de cette éducation chez les Héeraussiens, qui éduquent leurs fils dans la discipline, et qui punissent sévèrement la désobéissance.

    Ce qui paraîtra ici monstrueux aux yeux de certains est une véritable réussite pour d'autres! Un monde sans amour, où seule la loi règne, le rêve de tout gouvernement. Sans parler de la rationalité des choix des citoyens, qui s'en trouve accrue! Sans ce poison de l'âme, ils peuvent réfléchir posément, prendre des décisions longuement pesées, choisir ce que est le meilleur pour eux, et ainsi garder la même optique de raisonnement, fidèle à leurs convictions de départ, sans subir l'influence externe de l'Amour.
    Certes, on a aussi d'autres sentiments parasites, comme la colère, ou la joie. Mais ceci sont malheureusement on-ne-peut-plus-naturels, et les supprimer est pour l'heure impossible.

    Pour parler de comportements irréfléchis, en voici un exemple: en l'an 101 de notre ère, dans le Royaume de Jessen, un événement plutôt marquant eu lieu: l’exécution publique d'un malfrat, par la mort dans l'Arène.

    L'Arène de Jessen étant une fosse où sont lâchées diverses créatures aggressives, le malfrat fut déchiqueté, sous les yeux des spectateurs. Mais qu'avait il fait pour mériter une mort si cruelle? Penchons nous sur l'affaire.

    Votre dévoué serviteur, après de longues recherches et interrogatoires interminables, a découvert le motif: l'homme aurait tué, volé, et agressé des citoyens, ce qui l'aurait amené à la peine capitale. OR! Dans ces mauvaises actions, il aurait volontairement commis une agression envers la fille du Roi de Jessen. Roi qui plus tard, se chargea de donner la sentence.

    Ce qui est intéressant, ce sont les témoignages des soldats de la Garde. Le Roi, habituellement calme en ce qui concerne les jugements, peu importe la gravité des actes commis, aurait "perdu tout sang froid' à la découverte de l'attentat commis envers sa descendance. Parti au départ pour une condamnation sévère, comme la mutilation, il se serait dirigé vers une optique de mise à mort, mise à mort qui fut d'ailleurs appliquée.

    Un choix drastiquement modifié, guidé par l'envie de tuer, elle même lié à l'amour que le souverain portait à sa fille. Un amour différent de l'amour d'un couple, mais qui amène au même point. Voir l'être aimé souffrir équivaut à chercher à le venger, en punissant le coupable. Mais lors de cette action, on ne se dit pas: "Que va t'il se passer si je me venge? Mérite t'il vraiment sa sentence? Ne suis-je pas extrême?"

    Ce raisonnement là, adoptable lorsque que l'esprit est calme, ne l'est pas sur le moment. Comme je le disait précédemment, "l'amour rend aveugle".

    Et pour achever ce traité, voici un dernier argument, à un niveau tout autre: En l'an 96, lors de la Guerre des Neiges dans le Nord des Royaumes de l'Est, le Roi Edward Hellstorm, après que sa bien-aimée ait été exécutée par le Comte Pourpre dont il assiégeait la forteresse, lança dans sa peine un assaut irréfléchi contre les remparts. Il pénétra la ville, et cet homme, réputé pour sa droiture et sa bonté, ordonna l'éxécution de tous les occupants, et l'empalement de chaque nouveau-né.
    Le raisonnement ici est exactement le même que les événements de Jessen. L'Amour, facteur externe, provoque un comportement non-naturel, engendrant à de grandes ou à de petites échelles des malheurs et des peines, en cas d'atteinte à un être aimé. Nous pourrions continuer longtemps en vous parlant de chaque tragédie lié à cela, mais je pense que c'est deux exemples morbides suffiront.
    Les pires crimes et injustices de la création ne sont pas commis par cupidité, soif de pouvoir, ou autre. Ils sont commis par le sentiment que beaucoup jugent le plus pur: l'Amour.

    Pierrick Gontaz.
     
    • J'aime J'aime x 2
    Dernière édition: 9 Mar 2017

Partager cette page